jeudi 5 mai 2011

La Vierjeute


C'était au temps des Mangas et des cartes Pokémon. Un temps où les gamins s'appelaient tous Dylan ou Steevy et rêvaient de devenir footballeur pour épouser "Cerise" des pubs de Groupama. Où le seul croquemitaine vraiment inquiétant faisait le clown chez Mac Donald's. Ce gars-là, disait la rumeur, attrapait les petits enfants qui n'aimaient pas Harry Potter et les transformait en hamburgers ! Bref, un temps crétin, où dans l'esprit des humains les Fées n'étaient rien d'autres que des minimoys...
Dylan Chaputzot marchait comme tous les autres. Il pensait que l'essentiel dans la vie se réduisait à  conduire une grosse voiture. Ce n'était pas sa faute, son père était dentiste et sa mère faisait du tai-chi.
Dylan Chaputzot ne savait pas qu'il pouvait arriver des choses plus tristes que de perdre sa Gameboy. Il habitait à Bouseucourt, à quelques kilomètres de Vesoul.
Un jour de printemps, alors qu'il rentrait tranquillement de l'école, un petit tourbillon de vent ( un "fouletot", disait-on autrefois) vint subitement lui arracher sa casquette nike.  Aussitôt, Dylan se mit à sa poursuite mais le souffle d'air semblait d'humeur folâtre et dribblait le gamin à chaque fois qu'il tentait de la ramasser. La casquette rouge voletait en direction des champs et des bois, bien loin de la rue Parmentier où Fabienne Chaputzot attendait son fils en feuilletant  Madame Figaro.
Sans même s'en rendre compte, Dylan pénétra dans la forêt. Créature paraissant uniquement faite de feuillages - totalement invisible dans les branches d'un hêtre -,  la Vierjeute ne le quittait pas de l'oeil. On distinguait ses petites mamelles et ses jambes fines quand elle se déplaçait mais pour l'heure, elle ne bougeait pas d'un cil.
Enfin le garçon attrapa sa casquette sans se douter qu'il venait de basculer dans un monde follement sauvage.
Ce n'est que dans son édition du surlendemain que l'Est Républicain fit part de la disparition de l'enfant.
Ce qu'il advint de lui pendant ses 7 années "d'absence" ? la légende ne le dit pas. Il réapparut un beau jour, mâtiné de Mowgli et d'Arthur Rimbaud, et ses premiers mots furent pour dire à ses parents qu'il avait l'intention de voter Nicolas Hulot...

2 commentaires:

A.DAN a dit…

Nicolas Hulot??? Le Croquemitaine des denses forêts Amazoniennes? Rhôôô, quel dissident tu fais .... ;)

le Féericologue a dit…

oh! grand "premier homme de Ternuay", je ne "disside" de rien, je raconte une histoire...

Je laisse bien sûr au lecteur avisé le choix de décider si sa fin "humeuristique" est heureuse ou non.